LA VIE D'ANTAN

LA VIE D'ANTAN

La langue parlée, était la langue d'oc, mélange de grec, de latin, de celte et d'arabe. L'habitation comprenait une cuisine, quelques chambres, un grenier les écuries et aucun confort.

Comme éclairage, il se contentait d'un feu de cheminée, de la torche de résine, de la vieille lampe à huile de noix. Pendant l'hiver les longues veillées présentent du charme. On n'y dort pas: les vieux, les jeunes, tout le monde s'y amuse.

 

Vous serez d’abord séduits par la cuisine fin XIXe-début XXe siècle, avec la cheminée et sa crémaillère, sa table, ses chaises, son vaisselier, son évier et sa maie. Les chèvres et qui dormaient juste en dessous ou à coté des chambres pour avoir chaud...

 

Un mode de vie qui n'existe plus que dans les livres d'Histoire...

Du simple couteau de cuisine à la cuisinière à bois et autres pots à saler, une collection de laitières , la baratte, faisselles, un garde-manger à œufs, des presse-purée et moulins à légumes, casseroles et poêles, les ustensiles en terre, récipients à huile ou à graisse, moulins à café, les cafetières, les presse-fruits et pots à confiture, et sans oublier la région dans laquelle nous sommes, les tonneaux, objets datant des années 1900 à 1960 à quelques exceptions près.

 

 

Eh bien, figurez-vous que le mot faisselle vient du latin « fiscus » (diminutif « fiscella ») signifiant « petit panier en osier sans anse, corbeille ». La faisselle est un récipient percé de trous fait pour recevoir le lait caillé et permettre l'égouttage du petit lait afin d'obtenir le fromage blanc ou du fromage frais selon le temps d'égouttage, et mouler le fromage.

 

Elle est réalisée en différents matériaux : bois, osier, écorce, céramique, fer, aluminium, plastique ... et en de nombreuses formes et tailles.

 

Les faisselles

en céramique étaient déjà présentes au néolithique, le musée d'Archéologie de Lons-le-saunier conserve une faisselle de 2700-2600 avant Jésus-Christ.

 

Moulin à café

On avait besoin de grains de café et on devait les moudre avec un moulin. Après chez nous ils ont servit à moudre le poivre pour le cochon et maintenant ils sont objet de décoration.

Fer à repasser en fonte il y en avait de toutes tailles ils étaient numéroté et en général gravé avec les initiales. On les faisait chauffer dans le fourneau ou dessus puis cracher dessus voir s’il était chaud.

La balance Romaine

Un côté indique le poids de 0 à 7,5 kg, graduations par 100 gr. L’autre de 7 à 31 kg, graduations par kg. Longueur totale de la flèche : 47 cm. Diamètre du plateau : 29 cm.

 

La fougagne ou pièce à vivre et à dormir avec un vaisselier, une baratte et un meuble de rangement

La cave pas de frigo ni de congélateur juste des pots et dame Jeanne qui servait à conserver pour l’année

Une autre cave avec ces bars et escalier de lauze

Pas de balai donc la grand bruyère blanche nous servait pour faire ce travail de fond d’étable ou du tombereau.

La grange ou charrette, tombereau, brouette et bien d’autre accueillait les travaux d’hiver.

Voici bien des années plus tard la cuisine et son évolution.

La maison d’antraigue

Déjà sur mes cahiers d’école, je recopiais toutes vos chansons.

Je buvais l’eau de vos paroles quand vous chantiez dans ma maison.

Moi qui n’étais qu’une petite fille, « Aimer à perdre la raison »

C’étaient les dimanches en famille, et les hommes buvaient du Clinton.

 

Déjà dans mes années futures j’imaginais des tas de choses :

Un jour vous rencontrer, c’est sûr, un peu comme le magicien d’Oz.

Si la montagne est dev’nue belle à force de la faire chanter,

Moi je me sens pousser des ailes dans ce pays ou je suis née.

 

Dans la maison d’Antraigues où je ne suis jamais allée,

Je sais que la musique est belle quand le ruisseau s’met à couler.

Dans la maison d’Antraigues où je ne suis jamais entrée,

Comme deux enfants au soleil les âmes viennent se reposer.

Je connais le chant des abeilles, de la Volane en plein été,

Plus beau que celui des sirènes de la télé-réalité.

 

Et si dans mes histoires d’amour le temps des cerises est passé,

C’est dans vos chansons de toujours qu’une môme se met à chanter.

La femme est l’avenir de l’homme : je suis fidèle a cette idée…

Et que l’Ardèche un jour me donne l’amour pour ne plus m’en aller !

 

La liberté : quoi de plus cher ? L’égalité : rien de plus beau !

La fraternité sur la Terre : c’est de l’amour, pas un drapeau…

Les nuits, les brouillards, se dissipent, et si vos cheveux sont plus clairs,

C’est que la vie passe trop vite pour celui qui a tant à faire

 

Dans la maison d’Antraigues où je ne suis jamais allée,

Je sais que la musique est belle quand le ruisseau s’met à couler.

Dans la maison d’Antraigues où je ne suis jamais entrée,

Comme deux enfants au soleil les âmes viennent se reposer.

Je connais le chant des abeilles, de la Volane en plein été,

Plus beau que celui des sirènes de la télé-réalité