La pétanque

 

La pétanque (du provençal pè : pieds, et tancat : planté) est un jeu de boules dérivé du jeu provençal. C'est le dixième sport en France par le nombre de licenciés. Il convient de rajouter les pratiquants occasionnels, en vacances notamment, c'est-à-dire plusieurs millions d'amateurs de 7 à 77 ans.

Les boules ont d'abord été en argile, en pierre, puis en bois et enfin en acier. Mais, après les « bouleurs » du Moyen Âge, vint l'âge d'or des boules.

Le jeu provençal donnera naissance en 1907 à la pétanque, lors de la partie historique à La Ciotat où un champion de jeu provençal, Jules Hugues dit « Lenoir », ne pouvant plus jouer à son jeu préféré à cause de ses rhumatismes, s’est mis un jour, à tracer un rond, envoyer le but à 5-6 m, et, les « pieds tanqués », à jouer ses boules pour se rapprocher du cochonnet. Ceci se passait sur le terrain de boules d’un café.

« Pétanque » est un mot qui sonne comme « cigales » ou « galéjade », indissociable du sud de Marcel Pagnol !

 

Il suffit de penser un instant à Marius et César pour entendre une voix chantante entonner « tu tires ou tu pointes ? » ou encore revoir l’extrait mémorable du film « Fanny » de Pagnol, dans lequel des boulistes arrêtent un tramway pour terminer leur partie. Dans le wagon, des Parisiens observent le spectacle, médusés par l’audace des Marseillais.

 

Il faudra néanmoins attendre le premier concours officiel à La Ciotat en 1910 pour que le mot soit officialisé, donnant en français régional l'expression « jouer à pétanque » ou encore « pés tanqués », c’est-à-dire avec les pieds ancrés sur le sol, par opposition au jeu provençal où le joueur peut prendre de l'élan.

 

Les innovations sont les suivantes :

• le jeu se pratique sur un terrain plus court ;

• le joueur lance sa boule sans élan ;

• les pieds joints, à partir d'un cercle tracé au sol.

 

 

Il existe des collectionneurs de cochonnets

La première boule en acier aurait été fabriquée en 1927 à Saint-Bonnet-le-Château, qui abrite à présent le Musée international pétanque et boules. La même année, les règles de la pétanque furent codifiées, mais ce n'est qu'en 1930 que les traditionnelles boules en bois cloutées furent remplacées par celles en acier. C'est à Jean Blanc que l'on doit cette évolution.

Des boules en métal (acier), d’un diamètre compris entre 70,5 et 80 mm et d'un poids entre 650 et 800 grammes. Des versions adaptées aux jeunes enfants proposent des boules en plastique ou en bois.

Une boule en bois, appelée but (ou familièrement le bouchon -de l'occitan bochon, petite boule, cochonnet, ou le petit ou but), d’un diamètre de 30 mm

 

Boule de loisir

Destinées aux joueurs occasionnels, elles ont en général un poids et un diamètre uniques, pour convenir aux mains et aux forces de tous âges et sexes.

Le poids varie entre 600 et 800 grammes, et la fabrication est régie par la NORME NF S 52-200.

Ces boules sont interdites en compétition

 

Boule de compétition

Les boules doivent être agréées par la FIPJP et répondre aux caractéristiques suivantes :

• Être en métal.

• Avoir un diamètre compris entre 7,05 cm et 8 cm (entre 6,5 cm et 8 cm pour les jeunes de moins de 11 ans dans leurs compétitions spécifiques)

• Avoir un poids compris entre 650 g et 800 g (entre 600 g et 800 g pour les jeunes de moins de 11 ans dans leurs compétitions spécifiques)

• La marque du fabricant et les chiffres correspondant au poids doivent être gravés sur les boules et lisibles

• Elles sont creuses, contrairement à celles des boules lyonnaises, et ne doivent pas être truquées (lestées = « farcies » dans le langage spécifique des joueurs).

Le nom et/ou prénom ou surnom du joueur ou ses initiales peuvent y être gravées.

Le diamètre de la boule est normalement fonction de la taille de la main (pour permettre une bonne préhension). Cela dit, ce diamètre a aussi des impacts sur le comportement de la boule, et certains joueurs peuvent choisir un diamètre inférieur ou supérieur :

• un pointeur choisira plutôt un petit diamètre, qui avantage le point (masse volumique supérieure, qui rend la boule moins sensible aux aspérités du terrain lors de sa course au sol, et qui raccourcit cette dernière)

• un tireur choisira plutôt un gros diamètre, qui avantage le tir (section plus grosse, qui donne plus de chances de toucher la boule cible)

• un milieu choisira plutôt le diamètre correspondant à sa main, qui offre le meilleur compromis.

Le choix du poids est très lié au rôle du joueur :

• un pointeur choisira une boule « lourde » : au moins 710 g en général (même raison que pour le choix du diamètre)

• un tireur choisira une boule « légère » : au plus 690 g en général (cela permet de fournir un effort moindre)

• un milieu choisira une boule de poids médian : entre 690 et 710 g en général, ce qui offre un bon compromis.

La dureté de la boule influe sur son comportement, tant au point qu'au tir : plus une boule est tendre, plus elle absorbe les chocs (en se déformant), ce qui offre un avantage au joueur :

• au point car ces boules se comportent mieux au moment de l’impact avec le sol

• au tir où les carreaux sont plus nombreux (et les reculs moins nombreux).

On distingue classiquement trois niveaux de dureté :

• boule dure

• boule demi-tendre

• boule tendre

Si les boules dures peuvent se conserver pendant de longues années, il n’en va pas de même pour les demi-tendres et les tendres, qui s’abiment à chaque choc : les boules tendres ne tiennent en général qu’une saison pour une utilisation régulière.

D’autres niveaux sont proposés par certaines marques :

• boule très tendre

• boule + : qui offre le comportement d’une boule très tendre mais avec un niveau d’usure équivalent à une demi-tendre.

• Plus la boule est chaude, plus elle tient dans la main.

La striation est une affaire de goût : une boule striée accroche plus dans la main.

Le but ou petit

Les buts en bois de buis sont les préférés des joueurs de pétanque, car ce sont les plus lourds ; ainsi :

• on peut mieux contrôler le lancer du but,

• le comportement du but lors d’un déplacement de celui-ci pendant la mène est plus prévisible et moins chaotique qu’avec un but en bois plus léger.

Les buts peuvent être peints, de façon à mieux les distinguer. Les buts vendus déjà peints sont très rarement en buis.

 

Les règles du jeu

À la pétanque, l'objectif est de marquer des points en plaçant ses boules plus près du but que son adversaire.

Équipes

Dans ce sport, trois combinaisons sont possibles. La triplette (trois contre trois), la doublette (deux contre deux) et le tête-à-tête (un contre un). Toute autre formule est interdite par le règlement officiel. En triplette, chaque joueur dispose de deux boules. Dans les autres configurations, chaque joueur en a trois.

Distance

En catégorie sénior le jeu doit se dérouler entre 6 et 10 mètres, lors du lancer du but. Par la suite, en cours de mène le but ne doit jamais être à moins de 3 mètres ou à plus de 20 mètres.

Le terrain

La pétanque se pratique sur tous les terrains. La plupart du temps en compétition, des « cadres » (un cadre est un terrain sur lequel doit se dérouler une partie) sont tracés ; les dimensions officielles sont alors de 15 mètres de longueur pour 4 de largeur, et a minima de 12 mètres sur 3.

Le cercle (de lancer)

C'est un rond, tracé sur le sol ou maintenant en plastique (ce cercle doit être à un mètre minimum de tout obstacle et de la limite d'un terrain interdit), dans lequel le joueur doit se tenir pour lancer sa boule. Son diamètre est compris entre 35 et 50 cm.

Début de la partie

L'équipe qui gagne le tirage au sort trace le cercle et lance le but et la première boule. Pour que le but lancé par un joueur soit valable, il faut qu'il soit entre 6 mètres et 10 mètres du cercle, visible depuis le cercle, qu'il n'y ait pas d'obstacle entre sa position et le cercle. Le lancer du but par un joueur d'une équipe n'implique pas qu'il soit dans l'obligation de jouer le premier. À la mène suivante, le but appartient à l'équipe ayant remporté la mène précédente, ou à celle l'ayant lancé si la mène a été nulle. Cette équipe lance le but à partir d'un cercle tracé autour depuis le point où il se trouvait à fin de la mène précédente (Lorsque le but est devenu nul, le lancer se fait à compter de sa dernière position arrêtée), sauf dans les cas suivants:

• Le cercle se situerait ainsi à moins d'un mètre d'un obstacle ou de la limite d'un terrain interdit. Dans ce cas le joueur trace le cercle au plus proche de cette limite réglementaire de l'obstacle ou du terrain interdit.

• Le lancer du but ne pourrait se faire à toutes distances réglementaires (but en plein milieu d'un terrain de 12 mètre par exemple qui ne permettrait pas d'atteindre les 6 mètres minimum). Dans ce deuxième cas, le joueur peut reculer, (dans l'alignement du déroulement du jeu à la mène précédente) jusqu'à ce qu'il puisse lancer le but dans le respect des règles.

Si le lancer n'est pas correct, il est recommencé par le même joueur, ou un coéquipier. Mais si après 3 jets consécutifs par la même équipe, le but n'a pas été lancé dans les conditions réglementaires ci-dessus définies, il est remis à l'équipe adverse qui dispose également de 3 essais etc... En tout état de cause, c'est toujours l'équipe qui a marqué à la mène précédente qui conserve la priorité pour jouer la première boule.

Déroulement

Une équipe lance ses boules tant qu'elle en a, et jusqu'à ce qu'elle place une de ses boules plus près du but que celles de l'équipe adverse. Si la première boule jouée se trouve en terrain interdit, c'est à l'adversaire de jouer puis alternativement tant qu'il n'y aura pas de boules en terrain autoriser. Elle (re)prend alors le point et c'est à l'équipe adverse de jouer, si elle a encore des boules.

Boule nulle

Toute boule est nulle des qu'elle passe en terrain interdit. Si la boule revient ensuite en terrain de jeu, elle est immédiatement enlevée du jeu et tout ce qu'elle a pu déplacer, après son passage en terrain interdit, est remis en place. Toute boule lancée dans des conditions non réglementaires est nulle et tout ce qu'elle a déplacé dans son parcours est remis en place. Il en va de même pour toute boule jouée d’un cercle autre que celui d'où a été lancé le but.

Toutefois l'adversaire a le droit de faire appliquer la règle de l'avantage et de déclarer que le coup est valable. En ce cas la boule pointée ou tirée est bonne et tout ce qu'elle a déplacé reste en place.

Décompte

Lorsque l'ensemble des boules sont lancées, on comptabilise toutes les boules d'une équipe qui se trouvent plus près du but que la plus proche des boules adverses.

Interférence

Le but ou une boule, arrêtée par un spectateur ou par l'Arbitre, conserve sa position à son point d'immobilisation.

Toute boule jouée, arrêtée par un joueur de l'équipe à laquelle elle appartient est nulle et perdue.

Toute boule jouée ou déplacée, arrêtée par un adversaire peut, au gré du joueur, être rejouée (uniquement si c'est celle qui vient d'être lancée), laissée à son point d'immobilisation, ou placée dans le prolongement d’une ligne qui irait du cercle (ou de sa place dans le cas d'une boule arrêtée) à l'endroit où elle se trouve.

Si le but, frappé, est arrêté par un joueur, l'adversaire peut laisser le but à sa nouvelle place, remettre le but à sa place primitive, placer le but dans le prolongement d'une ligne allant de sa place primitive à l'endroit où il se trouve, ou encore demander la nullité du but.

Si un but ou boule ARRÊTÉE vient à se déplacer (vent ou déplacée accidentellement par un joueur, un Arbitre, un spectateur ...), l'objet est remis à sa place. A noter que si un joueur bouscule une boule/bouchon en effectuant une mesure, l'objet sera bien remis en place, mais la mesure est automatiquement perdue pour lui.

Cas particuliers

Si les boules adverses sont à égale distance du but et que le point est fini la mène est nulle. Si les deux équipes disposent de boules, il appartient à celle qui a joué la dernière boule de rejouer, puis à l'équipe adverse, et ainsi de suite alternativement jusqu'à ce que le point soit gagné par l'une d'elles. Si, en cours de mène, aucune boule ne se trouve en terrain autorisé (possible si tir sur la première boule par exemple), il appartient à celle qui a joué la dernière boule de rejouer, puis à l'équipe adverse, et ainsi de suite alternativement jusqu'à ce que le point soit pris. Si, à la fin de la mène, aucune boule ne se trouve en terrain autorisé, la mène

(partie) est nulle.


Nous ici on joue pour le plaisir et donc souvent l’apéro

Fin de la partie

Une partie se joue en 13 points, éventuellement en 11, pour les parties de poules. Jusqu'en 2007 les finales des championnats du monde se déroulaient en 15 points.

But nul

Le but est nul :

• s'il est sorti en dehors des limites autorisées (généralement suite à un tir), et même si par rebond il revenait en terrain autorisé

• s'il dépasse les limites de 3 mètres/20 mètres de distance depuis le cercle

• s’il n’est pas visible depuis le cercle (caché par un arbre, de l’herbe, etc.) — sauf si c'est une boule qui le cache —

• s’il flotte dans une mare d’eau

• ou enfin si un obstacle se trouve en sa position et le cercle (un but qui bien que visible aurait roulé dessous un banc et s'en trouverait juste derrière par exemple).

A noter que lors du lancer initial, le but doit être à un mètre de tout obstacle interdit. Mais cette limite n'existe plus en cours de mène où il reste jouable tant qu'il n'a pas touché ce terrain interdit.

Quand le but est nul on distingue deux cas : si les deux équipes ont encore des boules, ou si, au contraire aucune des deux n'en a plus, la mène est nulle ; sinon, l'équipe qui a encore des boules comptabilise autant de points qu'elle a de boules en main.

Les règles du jeu sont édictées par la Fédération internationale. Mais nous ici encore une fois nous ne respectons pas les règles sinon nous ne pourrions plus jouer. Voici notre terrain…

 

La stratégie

Une équipe de pétanque comprend :

• en triplette, un pointeur, un milieu et un tireur

• en doublette, un pointeur et un tireur

• en tête à tête, un joueur complet

Ces rôles ne sont pas intangibles : en cours de partie, l’équipe peut décider de modifier la « formation », en cas de méforme d’un des joueurs. En général, lorsqu’une boule doit être pointée, c’est le pointeur qui joue, s’il n'a plus de boules, c’est le milieu, et si ce dernier n’a plus de boules, c’est le tireur. Lorsqu’une boule doit être tirée, c’est la même chose dans l’ordre inverse. Dans certains cas (assez rares), cet ordre n’est pas respecté pour des raisons tactiques.

Au point, une boule placée devant le but a plus de valeur qu’une boule placée derrière à la même distance, car :

• elle gêne l'adversaire, qui peut accidentellement la pousser et donc améliorer sa position, d’ou expression boule devant boule d’argent.

• elle peut être poussée par la suite par un coéquipier pour améliorer sa position,

• une boule placée derrière peut permettre à l'équipe adverse de réaliser un devant de boule, c’est donc une boule d’appui.

On considère donc qu'une boule placée devant le but, entre 0 et 50 cm (indicatif, dépend du terrain) de distance, est bien jouée.

 

VOCABULAIRE DE LA PÉTANQUE

Au cas où vous aimeriez jouer à la pétanque, voilà quelques mots et expressions qui vous seront utiles :

 

Cochonnet ou But : Petite sphère de bois d’une dimension minimum de 25 mm. Et maximum 35 mm. Dont il faut s’approcher le plus près possible.

Avoir le point : posséder une boule (ou plus) mieux placée que celles des adversaires

Pointer : Lancer la boule de telle façon qu’après son parcours, elle soit le plus proche possible du but afin de prendre le point

Tirer : Chercher à toucher une autre boule avec la sienne pour l’éloigner du jeu.

Faire un carreau : la boule qu’on tire chasse la boule adverse mais reste au même endroit sur le terrain

Faire un trou : tirer à côté de la boule visée (c’est un tir raté)

Faire une casquette : frapper une boule tirée sur le dessus en ne la faisant pratiquement pas bouger

Faire un bec : heurter une boule déjà placée pour faire dévier la sienne vers le but

Faire un biberon : la boule colle le but d’où l’expression téter.

Raspaille : Tir-roulette que les experts jugent avec une sévérité méprisante. La boule tireuse tombe à 2 ou 3 mètres de la boule à tirer et la chasse en roulant.

Tir à la sautée : Tirer une boule masquée par une autre.

Tirer au fer: Enlever une boule sans toucher le sol.

Tire à la rafle: Tirer pratiquement au ras du sol et tendu.

 

 

Embrasser Fanny, Faire fanny, Être fanny, (Se) Prendre une fanny ou Fanny paie à boire : perdre une partie sur le score de 13 à 0. À l'origine, les perdants devaient alors embrasser les fesses d'une femme postiche nommée Fanny.Plus récemment, l'équipe perdante doit payer une tournée à l'équipe gagnante.

Mettre une fanny : gagner une partie sur le score de 13 à 0.

Une valise, valoche : se dit lorsqu'on prend 5 ou 6 points dans une mène.

Un sac: se dit lorsqu'on prend 4 points dans une mène.

Un portefeuille : se dit lorsqu'on prend 3 points dans une mène.

Faire la musique ou Faire la chanson : essayer de déstabiliser l’adversaire en discutant entre les points, soit avec lui, soit avec ses propres partenaires.

Une valise, valoche de un : Se dit lorsqu'une équipe aurait pu faire une valise, valoche et n'a finalement mis qu'un point. Expression de soulagement d'une équipe plutôt mal partie.

 

 

Fanny originelle aurait été serveuse dans un café juste avant la

première Guerre Mondiale.

 

La légende dit que,

par gentillesse, elle se laissait embrasser sur la

joue par les clients qui venaient de perdre aux boules

 

Sans marquer le moindre point

 

Jusqu’au jour

où le maire du village perdit à son tour et vint demander

sa “ récompense ”. Fanny grimpa sur une

chaise, releva ses jupes et lui tendit... ses fesses !

 

 

Le maire ne se démonta pas et moins d'une seconde plus tard,

deux baisers retentissants résonnaient dans le café. Ce fut le début

d'une longue tradition...

 

Le problème, c'est que les joueurs n'ont pas toujours une Fanny sous la main. Ou plus exactement une Fanny qui accepte de dévoiler ses fesses en public. C'est pourquoi, dans tous les lieux où l'on joue aux boules, une place d'honneur est réservée à une Fanny postiche. Les malheureux perdants sont alors obligés de venir embrasser en public les fesses toujours rebondies d'une Fanny représentées sous forme de tableau, de poterie ou de sculpture. Ainsi, la récompense est devenue l'humiliation suprême pour tout joueur de boules.

Coïncidence ? L'expression " être capot " qui, à la belote, signifie ne pas avoir marqué un seul point dans une mène, viendrait d'une expression provençale qui veut tout simplement dire: " faire baiser le cul " ! Comme quoi, en Provence, les boules et la belote se rejoignent toujours...

 

 

LE TERRAIN:

Caillouteux, Goudronné, sablé, avec des nids de poules, lisse, avec des devers, pentu, parsemé d'embûches, en plein air, ou dans un boulodrome; chacun son type de terrain favori et pourtant nombreux sont ceux qui accusent avec conviction le caillou sur lequel ils sont tombés de leur avoir fait « Perdre la boule», « Il n'y en avait qu'un seul et il était pour moi».

Il y a aussi ceux qui n'arrivent pas à jouer mieux que l'adversaire sur des terrains faciles qu'ils qualifient de « terrains de gonzesses ». On peut entendre aussi: « C'est inadmissible de nous faire jouer sur des terrains pareils » ou bien plus comique « La plage !!! Il ne manque plus que le seau et la pelle»

LA DONNE:

C'est la partie du sol sur lequel la boule lancée par le pointeur va tomber. Bien que cela soit interdit certains joueurs nettoient généreusement cette donne et la manquent régulièrement. Il y a même ceux qui, par habitude, nettoient des donnes déjà aussi propres qu'un bloc opératoire. A certains, nous devrions, leur mettre à disposition, la pelle, le râteau, et la brouette ... LOL...!!!

LE CONTRE:

Se fait toujours ou presque sur une boule de derrière. C'est la catastrophe qui n'arrive jamais aux autres et trop souvent à nous. Ce qui permet de dire au pointeur: «Tu vois ce qui arrive avec tes boules derrière ».

 

 

 

Avec neuf titres de champion du monde consécutifs, dont sept obtenus par la paire Lacroix-Suchaud, et un Le Boursicaud qui ne cesse pas de monter en puissance, Communiqué de presse FFPJP. L’officialisation tombe tôt dans la saison, Henri Lacroix – Dylan Rocher – Philippe Suchaud – Bruno Le Boursicaud, heureux vainqueurs des derniers Championnats du Monde Seniors à Marseille en 2012 se rendront à Tahiti du 23 au 26 octobre 2014 avec pour mission de conserver leurs lauriers.

2014 étant une année de Championnats du Monde Seniors, les regards commençaient à se tourner vers la Direction Technique Nationale en charge de sélectionner les joueurs de l’équipe de France. Sans surprise, les 4 tenants du titre ont été reconduits.

 

(L'équipe de France sur la plus haute marche du podium du 46ème championnat du monde, du 4 au 7 octobre 2012 à Marseille ! (photo jacpetanque)

La Direction technique nationale, en décidant d'envoyer la jeune génération faire ses preuves cette année au championnat d'Europe, avec pour mission de qualifier la France aux prochains championnats du Monde de Marseille. Ce sont donc Dylan Rocher, Kevin Malbec, Jean-Michel Puccinelli, et Michel Loy dans le rôle du sherpa qui iront fin août défendre les couleurs nationales à Göteborg.

Les boules sont universelles

Et l’on en trouve une kyrielle

De formes et de variations

Jouées ailleurs : voyez à Lyon !

Vers 1910, en Provence

Et comme ailleurs partout en France

On y jouait comme là-haut :

En courant, puis avec trois sauts ;

A la « longue », comme on disait !

Chaque joueur s’en régalait…

Sauf sur le Cours, à la Ciotat*,

Un pauvre vieux qui aimait ça

Mais qui n’était plus que douleurs !

Il restait là pendant des heures

A jalouser ses vieux copains

Qui s’amusaient tout pleins d’entrain.

Quelle pitié ! Quelle misère,

Ces rhumatismes, Bonne mère !

Alors son collègue Pitiot

Eut un projet, pas des plus sots :

On allait œuvrer « pieds tanqués »

Et sans vraiment trop se bouger !

Pour Jules, ce serait parfait :

Il pourrait enfin rejouer…

Premières parties de pétanque

Raillées d’abord : jeu de calanques,

Sport de vieux ! Chacun se gaussa

Du « jeu de fill(e)s » de La Ciotat.

Et puis, ma foi ! L’on dut s’y faire :

Son essor extraordinaire

Par monts et par mers et par vaux

Laissa les railleurs tout penauds !

*Poème offert à la ville de La Ciotat

Ecrit par J.Aubry

 

 

 

 

Une partie de pétanque

Quand reviennent les beaux jours

Sur les places et les cours

On voit sous platanes

Plus d'un groupe s'amener

Ce sont les acharnés

Les joyeux boulomanes

On joue ça en quinze points

Faut voir avec quel soin

On sort ses intégrales

On lance un goder

Qui tourne dans l'air

Si c'est pile : "A toi Bébert !"

"Vas-y Léon. Envoie bien le bouchon !"

 

(Refrain)

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir

La boule part et se planque

Comme à loisir

Tu la vises et tu la manques

Change ton tir !

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir !

 

Il faut voir le beau chichois

En chemise de soie

Pantalon de flanelle

Le foulard et le pailleux

Rabattu sur les yeux

Jouer sa matérielle

Avec Titin ou Pauleau

Quand pour un joli lot

Il se prend de querelle

Il lui dit, moqueur :

"Si tu es vainqueur

Eh ben ! tu auras son cœur

Si tu es vaincu,

Ben ! ... Je t'en dis pas plus !"

 

(Refrain)

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir

La boule part et se planque

Comme à loisir

Tu la vises et tu la manques

Change ton tir !

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir !

 

C'est surtout au cabanon

Que nous nous en donnons

Au soleil le dimanche

On se met à quatre ou six

Pour un vermouth-cassis

On en fait plusieurs manches

Marius est un peu là

Mais sa femme Rosa

S'égare sous les branches

Titin qui la suit

Tendrement lui dit :

"Pendant ce temps, ma chérie,

Nous, dans ce coin,

Nous marquerons les points ! "

 

(Refrain)

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir

La boule part et se planque

Comme à loisir

Tu la vises et tu la manques

Change ton tir !

Une partie de pétanque

Ça fait plaisir !

 

 

(En bon médecin, Rabelais a dit à propos de la pétanque :)

« Il n’y a point de rhumatisme et d’autres maux semblables que l’on ne puisse prévenir par ce jeu : il est propre à tous âges, depuis la plus tendre enfance jusqu’à la vieillesse ».

 

Mais pour comprendre la pétanque, dans le fond il n’y a guère qu’une solution...

Allez zou "Vas y Léon, envoie bien le bouchon..."

 

Hi hi hi hi

Héhé non mais… c'est sérieux !

Ho ho

Hé attention ! Ça ne rigole pas !

Ah ah ah ah ah

 

[Refrain :]

Qu'est ce qui unit

Du Nord au Midi

Cinquante millions

D'super champions ?

C'est la pétanque !

Sur toutes les places

Des villages de France

C'est la pétanque

Qui fait rouler la vie !

 

clap, clap, clap

 

On a tous en mémoire

La partie de Raimu

Quand il jouait César

Même les tramways n'passaient plus !

Et aujourd'hui sur la place des Arts

Y a la p'tite boule qui roule

Qui continue. clap, clap, clap

 

Tu prends la boule

Tu lances la boule

Je joue le point

C'est moi qui tiens !

Tu fais l'carreau

Et t'es l'plus beau !

Un Batman, un Zorro ! clap

Tes soucis roulent

Avec ta boule !

On se sent bien

Entre copains

Même si c'est pas Saint-Paul-de-Vence

On à l'cœur en vacances

Cool !

Et dans la foule,

Les amis crient bravo

Bravo ! Bravo !

Ils ont gagné l'apéro.

Merci patron !

 

 

C'est une passion

C'est une détente

Du grand patron

Au saltimbanque

On se côtoie

On se tutoie

On n'sait plus qui fait quoi clap, clap, clap

 

[Refrain]

 

clap, clap, clap

 

Tout le monde en bras d'chemise

Le dimanche c'est sacré

La pétanque est de mise

Ensemble on va la chanter

Qu'est-ce qui sent bon

L'accent et l'anis ?

Une petite boule qui roule au ciel d'été clap, clap, clap

Le cochonnet fait c'qui lui plaît

Je fais c'que j'peux

Il fait c'qu'il veut !

Je gagne une manche

Mais la revanche

C'est une autre paire de manches ! clap

 

Ah ah ! Tu tires ou tu pointes ?

Ah non, je pointe !

T'as raison, j'suis un meilleur tireur !

 

Treize à zéro,

La partie est finie,

Et t'es K.O.

T'es fanny !

Une partie d'boules

C'est super cool,

Ça fait briller

Les jours fériés.

Et à la fin,

On s'sert la main,

Vivement dimanche prochain ! clap

Hey !

 

Qu'est ce qui unit

Du Nord au Midi, clap, clap

Cinquante millions

D'super champions ?

C'est la pétanque !

Comme dit Saint-Pierre

Au concert des anges, clap, clap

Y a qu'la pétanque

Qui manque au Paradis ! clap, clap, clap, clap

Qu'est ce qui unit

Du Nord au Midi, clap, clap

Cinquante millions

D'super champions ?

C'est la pétanque !

Comme dit Saint-Pierre

Au concert des anges, clap, clap

Y a qu'la pétanque

Qui manque au Paradis ! clap, clap, clap, clap

 

[Refrain avec les clap, clap]

C'est la pétanque

Qui fait clap, clap … rouler la vie !

 

 

 

Que la pétanque est belle

 

Parole Jean Claude Clerc

Interprétation Jean marie

Chanson originale la montage (1964)

Parole et musique Jean Ferrat

Création et réalisation Jean Marie Quesnel / Camille Gomes chansonnier