Gaz de Schistes

Bonjour,

Je transmets la traduction du document de Total : tout à fait édifiant !

Merci à Claire Ferrandon pour ce travail rapide, et à Philippe Faure pour l'efficacité..

J'en profite pour ajouter ce lien vers le site de Pascal Terrasse, Député et Président du Conseil Général de l'Ardèche, et le discours-question qu'il a formulé à l'Assemblée :

http://www.youtube.com/watch?v=h24vrmUdNtQ http://www.pascalterrasse.com/accueilIl y a aussi sur You Tube divers autres petits films sur le sujet dont un Gaz de Schiste - Infoman, particulièrement intéressant.

http://www.youtube.com/watch?v=5itRzf1QEkE

Enfin, je viens de recevoir un message d'Alain (merci à lui) qui est allé à la réunion de Montélimar... (voir le message après la traduction).

TRADUCTION DU DOCUMENT DE TOTAL

" Le permis d'exploitation appartient à cent pour cent à Total pendant cinq ans. Il y a trois phases : la première sur deux correspond à l'étude technique et les deuxième et troisième sont l'exploitation par les puits pour couvrir la totalité du site .

Total prévoit de prendre 50 pour cent des intérêts sur la totalité de la région sud est, donc la zone de Montélimar. Total cherche des partenaires pour évaluer (?) le marché qui pourrait atteindre 85 TCF de IGIP (j'sais pas c'que ça veut dire). Montélimar est situé près d'infrastructures de transport (et autres ) permettant d'avoir facilement accès au marché européen.

Le permis couvre une superficie de 4327 KMS carrés et et recouvre presque entièrement la zone choisie. Total est en phase d'acquisition des 1850 KMS carrés restants pour achever l'extension de la zone vers le nord.

Chapitre 1 :

Total propose d'aller rapidement à la deuxième phase pour la mise place d'un programme agressif (dixit) de travail sur les caractéristiques du gaz de schiste datant du Jurassique. Cette étude permettra de localiser l'emplacement d'un puits vertical à creuser suivi de la fracturation. Selon les résultats un second puits sera creusé à l'horizontal avec fractionnements multiples en 2° et 3° phases.

Il faut savoir que les conditions fiscales françaises sont parmi les plus intéressantes au monde (!) avec des remises sur les impôts (taxes) de 35 pour cent au total.

Chapitre 2 :

La proximité d'infrastructures importantes de gaz ayant accès au marché français et européen est un gros avantage (pipelines de gaz traversant la partie nord de la future exploitation).

La majorité de l'approvisionnement en énergie des foyers français est importée : cette source de gaz bon marché avec une fiscalité attractive sera donc très compétitive.(La demande en gaz naturel en France est actuellement d'environ 45 Bcm/an (4.3bcfd)

Chapitre 3 :

L'exploration du gaz non conventionnel progresse rapidement en Europe grâce au succès enregistré en Amérique du Nord. Total estime la ressource en GdS à IGIP de 85TCF(j'sais tjs pas c'que sait). Ce gaz est comparable à celui de la Posidonia (Allemagne de l'Ouest) et ressemble bcp à celui de Fayetteville et à Woodford Shale Gas (Amérique du Nord).

En Amérique du Nord le succès de la production peut être attribué à la technique réussie du forage horizontal et aux techniques bon marché de stimulation des fractures multiples.

Total estime que les mêmes techniques peuvent être employées à Montélimar.

Le permis a été acquis en mars 2010 pour cinq ans et comporte trois phases. 7 puits horizontaux sont envisagés.

CONTACT : Bruno Gruson (Business development Northern Europe) La Défense 92400 Courbevoie Tel 0147444181 bruno.gruson@total.com "

Traduction en date du Ven 28.1.11

COURRIER D'ALAIN À PROPOS DE LA RÉUNION DU 28 JANVIER À MONTÉLIMAR :

Bonsoir,

Soirée très intéressante hier soir à Montélimar. Comme beaucoup me l'ont demandé, je pensais faire un compte-rendu détaillé, mais j'ai vu qu'avec quelques liens bien choisis vous en saurez autant que moi.

En bref, il s'agit surtout de faire vite, de provoquer le maximum de réunions dans les mairies avec le soutien du collectif (voir la FRAPNA), de façon à obtenir un maximum de résolutions de conseil municipaux, les maires étant les mieux placés pour la compétence santé, et c'est là le plus important (modèle d'extrait de délibération de conseil municipal sur le site de la FRAPNA-Ardèche).

Signez les pétitions ! Allez aux réunions !

On est vraiment dans un scénario classique de profit à tout prix, dans le mensonge le plus total, et au mépris de la santé publique, ça ne DOIT PAS passer ! Les travaux réalisés depuis des années par la région à grands frais et à la demande de l'Etat pour la protection de l'environnement sont foulés aux pieds, des décrets exonèrent les industriels du respect des lois sur l'eau, un vrai cauchemar...

L'expérience des Etats-Unis représente une vraie catastrophe environnementale et de santé publique, l'administration américaine commence à peine à se réveiller :

http://water.epa.gov/type/groundwater/uic/class2/hydraulicfracturing/index.cfm

et notre gouvernement nous sert déjà des "Vous verrez, tout se passera bien, on fera ça à la française !!". Et en plus, qui est chargé du dossier ? NKM et Eric Besson !! On ne peut qu'avoir confiance...N'est-ce pas ?

Sur ce site, vous trouverez tous les documents nécessaires et le calendrier des manifestations :

http://www.frapna-ardeche.org/

Et pour info, n'hésitez pas à visiter à fond ces pages :

http://www.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2010-2011/Reportage.asp?idDoc=124709

http://www.tvqc.com/2011/01/gasland-un-documentaire-sur-le-gaz-de-schiste-aux-oscars/

http://www.deleaudanslegaz.com/

Pour notre santé et surtout celle de nos enfants, il faut y aller vite et fort !

Rejoignez le collectif, à bientôt. Et faites suivre dans vos réseaux (tant pis pour les doublons, ça se calmera).

Cordialement,

à lire, c'est pas une blague..

commencez par le communiqué de presse, ce sera plus clair..

et faites circuler.

des actions vont suivre si ça ne s'arrête pas.

et vive l'espoir que tout le monde n'est pas pourri!

Le site de la pétition en ligne…

http://www.lapetition.be/en-ligne/contre-l-exploitation-du-gaz-de-schiste-8997.html

 

 

Gaz de schistes en Ardèche

Historique

Les réservoirs : la particularité des schistes

Procédé d'extraction : la fracturation hydraulique

Environnement : les risques avérés

Le permis de recherche exclusif :

- les acteurs (entreprises, gouvernement)

- les zones en France

- le détail de la zone en Ardèche (les cantons et communes)

- pourquoi la zone de Villeneuve de Berg risque d'être la

première exploitée ?

Les spécificités géologiques Ardéchoise

Le contexte énergétique mondial et Français, le leurre des

''ressources stratégiques''

Comment empêcher une catastrophe environnementale?

Comment le gaz de schiste (méthane) se forme-t-il?

La théorie organique :

Elle soutient que la formation du gaz naturel débute avec la photosynthèse,

processus selon lequel les végétaux utilisent l’énergie solaire pour

transformer le dioxyde de carbone et l’eau en oxygène et en hydrates de

carbone.

Les restes de ces plantes, de même que les formes animales qui les ont

ingérées, sont enfouis par des sédiments. À mesure que s’accroît la charge

sédimentaire, les hydrates de carbone se transforment en hydrocarbures

sous l’effet de la chaleur et de la pression. Le gaz naturel se forme dans des

roches mères organiques, comme les marnes. Sous l’effet de la pression

constante exercée par les sédiments, les marnes peuvent se transformer

(métamorphisation) en schistes, une partie du gaz naturel migre des roches

mères vers des roches plus poreuses tels le grès et le calcaire mais une

autre partie du gaz reste ''prisonnier'' dans ces roches. On appelle « gaz de

schiste » le gaz naturel demeurant dans les schistes.

Charles Lamiraux du bureau exploration-production

des hydrocarbures (BEPH) au MEEDDAT : « L’investissement

dépend du degré de certitude que les entreprises ont de

trouver des gisements de gaz. En Ardèche, des forages

anciens permettent d’affirmer qu’il y a des réserves profondes

que nous ne pouvions pas exploiter jusqu’ici. Peut-être même

du pétrole. »

Schuepbach investira 39 933 700 € pour le permis de

Villeneuve de Berg et ses 931 km², soit 14297€ par km² et par an

Les spécificités géologiques Ardéchoises :

- présence de marnes denses et de schistes pouvant être des ''réservoirs'' de gaz

- présence de failles dues à la tectonique des plaques qui permettent la remontée

de compartiments entiers de roches.

→ ''faibles'' profondeurs relatives des couches réservoirs (± 1000 m).

- couches supérieures en calcaire : Trias à l'est (Largentière), Jurassique sup.

(Uzer à Balazuc) et Urgonien à l'ouest (Lagorce à Larnas) (selon la coupe page préc)

- les roches calcaires sont très fracturées et karstifiées (''gruyère'') donc ''hyper

perméables''

- ces calcaires sont intimement liés avec les aquifères (réserves d'eau potable)

→ très forte probabilité de pollution des réserves d'eau en sud Ardèche

Comment empêcher une catastrophe environnementale et économique ?

- demander l'accès à tous les documents ''confidentiels''

- demander une évaluation indépendante des impacts

- informer les populations locales

- participer à l'enquête publique

- durcir les contraintes réglementaires

- améliorer l'efficacité énergétique de nos technologies et le

développement des EnR, changer nos modes de consommation