La Châtaigne

La châtaigne est le fruit comestible du châtaignier. Les châtaignes non cloisonnées sont appelées des marrons, à ne pas confondre avec le marron d'Inde, qui est la graine toxique du marronnier d’Inde ou marronnier.

La châtaigne fut longtemps la base de l'alimentation humaine dans des régions entières. On appelait, d'ailleurs, le châtaignier « l'arbre à pain » mais aussi « l'arbre à saucisses » car les châtaignes servaient aussi à l'alimentation des porcs.

La bogue est l'enveloppe hérissée de piquants (pelou) qui protège les fruits. Les différents mots désignant la châtaigne en Europe dérivent tous du latin Castanea.

Une châtaigne est formée d'une coque mince, coriace, brune et brillante contenant une graine.

La graine est enveloppée dans un tégument, une pellicule rougeâtre et astringente appelée le « tan » (à cause des tanins qu'elle contient), qui pénètre dans les replis de l'amande, et qu'il faut retirer avant de consommer la châtaigne. Les variétés de châtaignes dont le tégument de la graine ne cloisonne pas l'amande sont appelées marrons. Le poids de la châtaigne peut varier de 10 à 25 grammes selon la variété.

Les marrons glacés sont fabriqués à partir de certaines variétés de châtaignes appelées marron.

L'amande fraîche contient jusqu'à 35 % de glucides (amidon, saccharose, dextrines), 5 % de fibres, mais est pauvre en protides (albumines) et lipides. Elle contient aussi des vitamines, notamment de la vitamine C et des éléments minéraux, notamment du potassium. Le taux de sucre du fruit évolue dans le temps : il est généralement plus important quelques semaines après la récolte.

La farine de châtaigne contient plus de 75 % de glucides, ce qui en fait un aliment énergétique.

Le critère de choix primordial pour acheter une châtaigne de qualité est avant tout sa variété. Les variétés hybrides, issues de croisements génétiques telles que Bouche de Bétizac, Marigoule (M15), Bournette ou Précoce Migoule donnent de gros et beaux fruits mais ne sont, selon certains, pas les meilleures.

Les variétés traditionnelles telles que Comballe, Bouche rouge (aussi appelée Marron de Lyon), Sardonne, Figarette, Pellegrine, Précoce des Vans, Pourette, Merle, Bouche de Clos, Aguyane ou Marron de Chevanceaux donnent de moins gros fruits mais ont un goût, selon certains, plus savoureux.

 

Les châtaignes peuvent se consommer grillées sous la cendre ou dans des poêles trouées ou, plus simplement, bouillies ou grillées au four. Elles sont vendues dans les rues en hiver au cri de « Chauds les marrons ! ». On peut également les consommer fraîches

Elles peuvent être confites au sucre et cristallisées (les marrons glacés, qui se vendent surtout en fin d'année), mises dans de l'alcool, cuites en confiture ou en purée.

Séchées, puis moulues, elles donnent une farine difficilement panifiable largement consommée en Corse, notamment sous forme de pulenda. Mélangée à hauteur de 30 % à de la farine de froment, elle peut servir à faire du pain, des crêpes, des galettes et des pâtisseries.

Dans les Cévennes, chaque mas avait sa clède pour faire sécher les châtaignes

La ville de Joyeuse (Ardèche) consacre un musée à la châtaigneraie ; en octobre, une grande manifestation réunit casténéïculteurs et public lors des « Castagnades » dans le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche.

À Saint-Pierreville, la maison du châtaignier est consacrée à la découverte, la culture, l'histoire du châtaignier. Elle offre aussi un panorama de la production dans ses aspects les plus divers.

Dans le Var, à Collobrières, se déroule, les trois derniers dimanches d'octobre, la fête de la châtaigne, fruit cultivé à cet endroit depuis le XIIe siècle.

 

Les laits de châtaigne et de noisette sont à ranger dans la catégorie des laits dits « végétaux ».

Une précision importante qui signifie que ces laits peuvent être utilisés comme une alternative aux laits de vache, de chèvre ou de brebis pour les végétaliens.

Ces laits sont souvent utilisés en poudre, dans les desserts et autres préparations sucrées. Pour autant, ils peuvent également se boire simplement, à l’instar du lait de vache. Le lait de noisette est réputé comme étant le plus cher des laits. Avec son goût sucré, il fait le plaisir des gourmands, mais également des enfants ayant des difficultés à digérer le classique lait de vache. Les protéines contenues dans ces deux laits sont plus digestes que les protéines du lait animal.

Dans le commerce, le lait de châtaigne se vend en général sous forme de poudre qu’il suffit ensuite de mélanger à de l’eau.

Mais tout comme le lait de châtaigne, vous pouvez également préparer votre lait de noisette ou amandes vous même.

Comme tous les laits végétaux, le lait de châtaigne est très digeste et ne développe que peu d’allergies.

Il a un goût de châtaigne fort prononcé et peut accompagner un bol de céréales au petit déjeuner ou encore se cuisiner, il convient bien aux mets sucrés et à la préparation d'un velouté de potiron... Il peut aussi se sucrer selon les utilisations.

 

Les bienfaits du lait de châtaigne sur l’organisme

On dit du lait de châtaigne qu’il est alcalinisant. Mais que cela signifie-t-il ?

Le contraire de l’alcalinité est l’acidité… Un aliment alcalinisant aura donc pour effet de diminuer le pH acide de votre organisme. C’est pourquoi le lait de châtaigne est particulièrement conseillé aux personnes souffrant d’acidités gastriques.

Le lait de châtaigne peut également remplacer le lait de vache pour les enfants ayant des problèmes de digestion. Naturellement sucré, il est très apprécié. Mais l’une des raisons principales pour lesquelles le lait de châtaigne est particulièrement bon, c’est sa richesse en minéraux et en calcium.

Ainsi, le lait de châtaigne est parfois recommandé aux personnes souffrant d’ostéoporose, afin de solidifier leur structure osseuse. Riche en glucides, le lait de châtaigne est recommandé pour le petit-déjeuner, afin de bien démarrer la journée.

Pauvre en graisse, cette boisson est particulièrement appréciée des adeptes du régime. Les laits végétaux constituent une très bonne alternative aux laits de vache, brebis et autres animaux. Aux multiples bienfaits, ils sont particulièrement appréciés des végétaliens et des personnes intolérantes au lactose.

 

 

Le lait de châtaigne est très digeste et il a une très bonne teneur en calcium. De plus il contient des sucres particuliers qui enrichissent la flore intestinale, avec des tanins bénéfiques pour la circulation des petits vaisseaux.

Ingrédients :

• 3 c. à s. de farine de châtaigne,

• 1 litre d'eau.

Préparation :

 

Mesurez 3 cuillères à soupe de farine de châtaigne, délayez dans l'eau froide. Pour bien mélanger, mixez comme pour une soupe. Portez à ébullition en remuant souvent. Le lait va épaissir. Enlevez du feu et laisser refroidir. Ce lait peut être légèrement sucré.

 

 

On obtient une boisson couleur de marrons glacés.

Une recette rapide à partir de purée de châtaignes nature

Ingrédients :

• 60 g. de purée de châtaignes (nature) (Conserver le bocal au réfrigérateur après ouverture !).

• 500 ml. d'eau.

Préparation :

 

Délayez la purée dans l'eau.

Idée du coût : Un bocal de 360 g. (4,30 euro) permet d'élaborer environ 3 litres de lait de châtaigne (Prix de revient au litre : environ 1,44 euro.).

 

Avec des châtaignes ou noisettes sèches

Préparation :

1. 4 à 6 h à l’avance, mettez à tremper vos châtaignes ou noisettes dans de l’eau froide…

2. Rincez-les bien. Elles auront alors doublé de volume

3. Mettez-les dans le bol de votre mixeur avec l’eau, les châtaignes ou noisettes, la vanille et le sel :

4. Mixez 1 à 3 minutes, en arrêtant le robot de temps en temps si besoin est. Vous obtenez un lait mousseux, que vous allez filtrer à l’aide d’une étamine (ou un linge fin, voire des collants…) :

5. Une fois tout le mélange filtré, placez la pulpe obtenue, l’okara, dans l’étamine et pressez bien afin de récupérer le plus de lait possible :

6. Vous obtenez alors un délicieux lait de châtaigne ou de noisette !

 

 

Que va-t-on faire de tout cet okara ?

Je vous propose ici deux recettes en une (encore une fois !) réalisées avec l’okara recueilli ici, soit 175 g. de pulpe humide (il est toujours plus difficile d’essorer complètement l’okara de châtaigne que celui des autres laits végétaux, d’où sa quantité importante). Vous avez le choix : chocolat ou noix de coco !

*

*

*

Truffes de châtaignes choco ou coco

* * *

*

Ingrédients pour la version chocolatée :

• la moitié de l’okara obtenu

• 1 CàS de graines de lin moulues

• 2 CàS de germes de blé

• 2 CàS de sirop d’agave (ou d’érable)

• 1 CàS bombée de cacao (de préférence cru)

• 1 CàS de purée de noisette

• une dizaine de fèves de cacao

Ingrédients pour la version noix de cocotée :

• la moitié de l’okara obtenu

• 1 CàS de graines de lin moulues

• 2 CàS de germes de blé

• 2 CàS de sirop d’agave (ou d’érable)

• 1 CàS + 1 càc d’huile de coco liquide

• 2 CàS de noix de coco râpée

*

Préparation :

1. Pour la version chocolatée, hachez grossièrement vos fèves de cacao :

2. Pour chacune des recettes, mélangez intimement l’ensemble des ingrédients de sorte à obtenir une pâte homogène :

3. Formez ensuite une vingtaine de truffes par recette. Déposez au frais pour les raffermir.

4. Gardez ces truffes au frais dans un contenant hermétique pendant quelques jours…

 

Flan au lait de châtaigne

Ingrédients (4 personnes):

Ingrédients pour 8 à 10 portions: 6 œufs, 1 litre de lait, 130g de confiture de châtaigne, 100g de sucre. Pour la caramel: 150g de sucre.

Préchauffer le four à 180°C avec un plat à gratin contenant de l'eau à mi-hauteur. Dans une casserole à fond épais, préparer un caramel avec 4 cuillères à soupe d'eau et le sucre. Lorsque le caramel bruni, ajouter 2 c. à s. d'eau, homogénéiser et verser dans les moules individuels.

Laisser refroidir.

 

Faire bouillir le lait avec la confiture de châtaigne dans une casserole. Dans un saladier, mélanger les œufs avec le sucre, puis verser le lait bouillant en remuant. Reverser le tout dans la casserole. Faire chauffer sur feu doux pendant 2 minutes, puis verser dans les moules.

 

Enfourner les moules au bain marie

  pendant 40 à 45 minutes. Laisser refroidir à la sortie du  four

et placer au frais pendant 2 à 3 heures

Verrine ardéchoise

Ingrédients (4 personnes):

Pour 4 verrines

il vous faut : - 250g de fromage frais ardéchois - 2 cs de lait de soja - 125g de crème de châtaignes - 2 poires bien mûres - 6 cookies au nougat et chocolat

Préparation:

Dans un petit saladier, mélangez le fromage frais avec le lait à l'aide d'un fouet afin que la préparation devienne homogène et d'une belle texture crémeuse.

Dans chaque verrine (des verres), commencez par mettre un peu de cookies cassés grossièrement puis une couche de fromage frais, un peu de poires coupées en morceaux, la crème de châtaignes et un peu de cookies .

Mettre au frais au moins 2 heures avant de servir.

 

Yaourt

Ingrédients pour 8 yaourts :

 

40 châtaignes cuites, (5 par pot)

5 pots de lait entier

1 yaourt nature de la fournée précédente,

8 c à café de sucre vanillé maison.

 

Pour éviter que les yaourts ne deviennent trop acides, il faut renouveler le yaourt nature,

toutes les 10 à 12 utilisations.

 

Hacher les châtaignes très fin.

Ajouter le lait, mixer encore pour obtenir un lait à la châtaigne.

 

Si vous n'aimez pas les petits morceaux dans les yaourts, passer le tout dans un chinois.

 

Ajouter le sucre vanillé, puis le yaourt nature,

mixer rapidement et mettre en pots.

 

Comme la châtaigne épaissit le lait, pas besoin de lait concentré, ni de lait en poudre.

 

Brancher la yaourtière, chauffe 1 heure, puis laisser toute la nuit, ou un minimum de 10h.

 

 

Réglementation sur la cueillette

La chute des châtaignes attire de nombreux visiteurs sur le territoire du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Le ramassage des châtaignes est interdit sans l’autorisation du propriétaire ou de l’exploitant.

Longtemps en grande difficulté, la culture de la châtaigne a retrouvé de la vigueur depuis quelques années en Ardèche grâce entre autre, au programme intégré de développement agricole châtaigne. Ici et là, des châtaigneraies renaissent grâce aux efforts des castanéiculteurs qui effectuent un travail dur. Il faut planter, tailler, soigner, entretenir le sol, avant de ramasser sous les arbres, les fruits l’arbre importé il y a deux mille ans dans les terres acides de l’Ardèche.

Une activité à but lucratif

Les promeneurs fréquentent normalement les chemins de la châtaigneraie. La tentation est grande de ramasser de belles châtaignes fraîches. L’activité est même devenue pour certains une activité à but lucratif, avec pour objectif la revente. La tentation est d’autant plus grande que l’œil du profane peut difficilement faire la différence entre une châtaigneraie abandonnée et une châtaigneraie en exploitation. Les deux ne sont pas forcément closes, l’état des arbres n’est pas forcément facile à comprendre, et même abandonnée au niveau de l’exploitation, une châtaigneraie appartient de toute manière à un propriétaire et celui-ci ne peut être derrière chaque tombée de châtaigne. Une châtaigneraie dont les fruits tomberont inévitablement sur le chemin, où même s’il a un statut communal, la mairie du lieu peut interdire le ramassage des fruits.Le promeneur doit donc être attentif à la signalisation sur les chemins

Les fruits n’appartiennent pas à tout le monde

Tout comme les champignons ou les myrtilles, les châtaignes n’appartiennent pas à tout le monde. Sur un domaine privé ou public, il existe une réglementation sur le ramassage et la cueillette de fruits sauvages qui sont interdits sans l’accord préalable du propriétaire ou du producteur (article 549 du code civil). « Il faut savoir, en effet, que la production de châtaigne constitue une des ressources principales de l’agriculture locale. Se servir librement a donc un réel impact sur les revenus des castanéiculteurs»


35000 euros d'amende. 3 ans de prison !!! OUI 3 ANS ! Pour tout ramassage de châtaignes même tombées à terre...cela parait idiot de le préciser mais combien croient que du moment où c’est par terre c’est à tout le monde et bien non !! Donc précision. (Même tombées par terre)

Les champignons, les châtaignes et autres fruits ou bois et pierres appartiennent de plein droit au propriétaire du sol. Ils ne sont pas res nullius comme le gibier (qui n'appartient à personne). En effet, l'article 547 du code civil est formel : « les fruits naturels ou industriels de la terre appartiennent au propriétaire par droit d'accession ». Leur cueillette n'est, par conséquent, tolérée qu'aux conditions suivantes :

  • demander l'autorisation au propriétaire ;
  • respecter les lieux, les animaux et les panneaux d'interdiction ;
  • ramasser avec parcimonie ;
  • consulter les arrêtés préfectoraux et communaux en mairie.

La jurisprudence est constante à propos de la cueillette des champignons :

  • non seulement ils appartiennent au propriétaire du sol et donc son autorisation est nécessaire ;
  • mais encore le propriétaire du sol n'est pas obligé, pour conserver son droit sur les fruits naturels ou industriels de la terre, de clôturer son immeuble ou d'en interdire l'accès par voie d'affiches ou d'autres moyens.

Autrement dit, le fait de ne pas avertir par un panneau «cueillette interdite» n'est pas une faute et n'autorise pas les ramasseurs à pénétrer sur la propriété que ce soit un bois, un pré, un champ, etc.

Ramasser chez autrui c'est du vol (l'article 311-1 du code pénal dit bien que « le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui »). Depuis l'entrée en vigueur du nouveau Code forestier le 1er juillet 2012, il n’existe plus de seuil sous lequel la récolte serait « tolérée » ; la nature des peines a été profondément remaniée, et les sanctions sont désormais sans commune mesure avec celles qui étaient prévues auparavant.

D’après l’article  R163-5 du code forestier, une récolte sans autorisation inférieure à 10 litres est passible d’une amende maximale de 750 €. Une récolte supérieure à 10 litres, et quelque soit le volume pour les truffes, peut être sanctionnée jusqu’à 45 000 € d’amende et 3 ans d’emprisonnement. Cette peine peut être portée à 75 000 € d'amende et 5 ans d'emprisonnement en cas de circonstances aggravantes : plusieurs personnes ou complices, violences sur autrui, actes de dégradation... 

Bien évidemment, sous couvert de respecter les arrêtés préfectoraux, le propriétaire du sol peut cueillir chez lui les champignons sauvages. 

Cette règle est valable pour toutes les sortes de cueillettes : petits fruits, glands, faines, bois morts, fleurs, etc.

 

J’aime la châtaigne

http://www.easyzic.com/mp3-gratuits/j-aime-la-chataigne,f16751.html

 

Tombe les châtaignes

http://musicouleur.free.fr/chataignesnaura.mp3

 

Tombent les châtaignes

Au bord du grand bois

Tombent les châtaignes

L’hiver sera froid

Tombent les châtaignes

On les fera griller

Tombent les châtaignes

Sur le feu dans la cheminée

 

Chacun avec son panier

Nous irons les ramasser

Nous saurons trouver leur bogue

Pleine de piquants

Au milieu des feuilles mortes

Soulevées par le vent

 

Tombent les châtaignes

Au bord du grand bois

Tombent les châtaignes

L’hiver sera froid

Tombent les châtaignes

On les fera griller

Tombent les châtaignes

Sur le feu dans la cheminée

 

Regarde, je les vois briller

Comme si on les avait cirées

La récolte sera bonne

Y en a des milliers

Camille s’en fait une couronne

Thomas un collier

 

Tombent les châtaignes

Au bord du grand bois

Tombent les châtaignes

L’hiver sera froid

Tombent les châtaignes

On les fera griller

Tombent les châtaignes

Sur le feu dans la cheminée

 

Ce soir, quand on sera rentré

On va bien se régaler

Près des braises crépitantes

De la cheminée

On les mangera croquantes

En buvant du lait.

 

Tombent les châtaignes

Au bord du grand bois

Tombent les châtaignes

L’hiver sera froid

Tombent les châtaignes

On les fera griller

Tombent les châtaignes

Sur le feu dans la cheminée